Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : carnet-rickshaw
  • carnet-rickshaw
  • : Blog consacré aux Rickshaw Wallahs et relayant un voyage Dhaka-Delhi à vélo-rickshaw (oct 2008-mars 2009)
  • Contact
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 23:57
Quand on a fait le deuil de sa vie au village parce que les récoltes des champs ne subviennent plus au besoin de son foyer,
quand on s’est résigné à quitter les siens parce que les produits de la pêche quotidienne ne permettaient plus à sa famille de s’en sortir,
quand on ne peut plus vivre des produits de la riziculture desquels on vivait jusqu’ à présent, parce que l’eau salée rentrant toujours plus en avant dans les terres et toujours plus profond dans les nappes phréatiques (suite au réchauffement climatique entre autre), altère la production,
quand il ne reste plus que l’illusion d’ aller à la ville pour un avenir meilleur,
quand on ne sait ni lire ni écrire parce qu’on n’a pas eu la chance d’avoir pu aller à l’école, qu’on ne pense pas pouvoir être capable de faire autre chose,
alors le travail de Rickshaw-Wallah apparaît comme le travail le plus abordable, le plus réalisable, le plus simple peut-être.
….
Et en dehors même d’apparaître comme le travail le plus simple, le plus abordable, le plus réalisable,
quand on n’a pas le choix, 
quand on n’a plus le choix,
pour nourrir les siens,
il reste toujours ça, le travail de Rickshaw-Wallah,  .
...
Vu de l’extérieur, il « suffit » de pédaler,
     /carnetrickshaw_rick2.jpg 
Il « suffit » de pédaler, quand il fait 40° et une chaleur étouffante,
il « suffit » de pédaler, quand l’atmosphère polluée devient irritable et proprement irrespirable,
il « suffit » de pédaler quand il pleut des trombes d’eaux,
il « suffit » de pédaler et de se frayer un chemin au milieu d’une circulation effrayante où l’unique règle est la règle du plus fort, au milieu des camions, des bus et des voitures qui ont toujours raison face aux rickshaws,
il « suffit » de pédaler en se convaincant que les accidents de rickshaws qui se comptent par centaines, ce n’est que pour les autres.
Bien sûr, dès les premières courses, ces hommes, ces adolescents parfois, prendront de plein fouet la pénibilité de leur travail. Ils prendront parfois des malaises dès les premières centaines de mètres parcourues. Mais n’ayant pas d’autre choix, ils feront quand même le travail.
Ils seront Rickshaw Wallahs...

Jean-Louis

/carnetrickshaw_signature_symbole.jpg

Partager cet article

commentaires